Comment faire baisser le CPC des campagnes Google Ads ?

cout par clic

Nécessaire pour faire la promotion de son entreprise et générer plus de trafic sur son site internet, le référencement payant séduit de plus en plus. Google, à travers son système d’annonces payantes, propose un mode de paiement au clic qui peut parfois s’avérer dispendieux. Heureusement, il existe quelques astuces intéressantes qui peuvent aider les entreprises à limiter le cout par clic de leurs campagnes de référencement. Intéressons-nous donc à ces différentes méthodes.

Qu’est-ce que le cout par clic ?

Le cout par clic (Cost Per Click en anglais) est une notion très courante dans le domaine du webmarketing et plus particulièrement du référencement payant. Il désigne tout simplement un mode de facturation des espaces de publicité en ligne. En gros, c’est le prix que l’annonceur devra payer chaque fois qu’un internaute cliquera sur sa publicité. La notion de CPC découle en réalité de celle de PPC (Pay-Per-Click). Le CPC désigne rigoureusement le procédé par lequel une entreprise (l’annonceur) contacte, par l’intermédiaire d’une agence marketing digital, un site internet afin d’y publier une publicité. En conséquence, l’entreprise qui représente l’annonceur ne payera le site qui publie (généralement la régie publicitaire) son annonce que si un internaute clique sur cette dernière.

Ce système d’enchères est astucieusement mis en place par les moteurs de recherche afin de permettre aux annonceurs de promouvoir au mieux leurs entreprises. Les entreprises font alors des enchères sur des mots-clés spécifiquement liés à leurs activités. Pour la plupart des plateformes web destinées à l’intégration de contenus, le coût par clic est généralement fixe. Pendant toute la durée de la campagne publicitaire de l’annonceur, il ne connaît aucune variation.

Comment fonctionne le système du cout par clic ?

Depuis plusieurs années, le concept du CPC est largement utilisé dans les campagnes de liens sponsorisés. Il permet d’obtenir du trafic sur son site internet par le biais des canaux payants. De cette manière, l’annonceur ne paie pas quand les internautes ne cliquent pas sur son annonce. En d’autres termes, cela veut dire qu’il loue les espaces publicitaires par l’intermédiaire d’un site hébergeur. Ce dernier (l’hébergeur) reçoit de l’argent de la part de l’annonceur à chaque clic sur le lien de publicité. Quand on veut se lancer dans les campagnes de référencement Google Ads, il faut absolument connaître quelques notions essentielles telles que :

  • le cout par clic (CPC),
  • l’impression,
  • le quality score,
  • les liens sponsorisés,
  • etc.

En plus du CPC, l’une des notions les plus importantes en référencement payant est l’impression. Néanmoins, bien qu’elles représentent le nombre de fois qu’une annonce s’affiche, les impressions ne sont généralement pas comptabilisées dans le coût par clic.

Pour réussir vos campagnes Google Ads, vous devez savoir qu’il existe différents types de CPC. Il y en a précisément trois.

Le CPC maximal

Premièrement, nous avons le cout par clic maximal (CPC maximal). Si l’annonceur opte pour ce type de CPC, il devra définir lui-même le montant qu’il souhaite dépenser pour chaque mot-clé. Il s’agit du prix maximal à débourser pendant la campagne.

Le CPC moyen

Le deuxième type est le CPC moyen. Ce dernier varie en fonction des enchères. Le coût par clic moyen est un véritable indicateur de performance. Il permet de suivre aisément l’évolution de chaque campagne lancée. Si vous avez un CPC moyen bas, alors vous pouvez vous réjouir, car vos chances d’obtenir beaucoup de clics pour un budget limité sont grandes.

Le CPC réel

Quant au troisième type, le CPC réel représente le coût par clic final. Directement défini par les algorithmes de Google, il tient compte du CPC maximal, mais aussi du classement de l’annonceur.

Comment faire baisser le cout par clic de ses campagnes Google Ads ?

Il existe plusieurs leviers qui, lorsqu’ils sont bien employés, permettent de réduire votre CPC ainsi que le prix des campagnes Google Ads que vous lancez.

Sélectionner des mots-clés avec précaution pour réduire le cout par clic

Pour ne pas dépenser votre argent inutilement, vous devez choisir vos mots-clés avec discernement. Ne vous contentez surtout pas des keywords les moins chers. Ils ne se valent peut-être pas tous, mais il serait imprudent d’écarter certains mots-clés, sous prétexte qu’ils sont plus chers que les autres. Un conseil : choisissez-les de préférence en fonction des types de requêtes qui vous intéressent et du volume de recherche. Par exemple, si après analyse vous constatez que votre keyword le plus rentable est aussi le plus cher, vous ne devriez pas vous en priver. Dans ce cas précis, pour ne pas trop dépenser, vous avez la possibilité de réduire la liste de vos mots-clés. De cette manière, vous pourrez faire des économies sur les autres dépenses.

Améliorer les annonces et les landing pages afin d’augmenter le quality score

Gardez toujours à l’esprit que les enchères ne représentent pas la fin de la bataille. Un annonceur qui a une enchère faible et un score de qualité élevé peut facilement l’emporter sur ses concurrents. Même si ce scénario paraît difficile à concevoir, l’annonceur peut avoir un clic à coût faible. En effet, Google fait parfois des compromis, car le géant de la Silicon Valley souhaite prioritairement gagner de l’argent sans sacrifier l’expérience des internautes. Envisagez donc d’actualiser régulièrement vos annonces et d’inclure de nouveaux mots-clés pertinents selon votre niche.

S’abonner à un réseau de partenaires de recherches

Le réseau de partenaires de recherches de Google a pour objectif de permettre la diffusion de vos annonces sur d’autres sites. Toutefois, ces sites doivent disposer de la fonction de recherche en ligne et bien sûr appartenir à la famille Google.

A l’origine, les clics générés par les partenaires de recherches Google avaient les coûts les plus bas. C’est normal, parce qu’ils étaient moins concurrentiels. C’est toujours le cas aujourd’hui, même si c’est dans une moindre mesure.

Utiliser les exclusions

Par défaut, les annonces Display peuvent s’afficher dans tout le réseau Display. Il faudrait penser à exploiter les exclusions afin d’éviter de payer pour les clics coûteux non pertinents. Toujours dans l’optique de faire baisser le CPC, vous pouvez appliquer à Display des exclusions normales, ordinairement disponibles pour tout type de campagnes.

Evaluer de nouveau ses enchères

Le montant que l’annonceur est prêt à investir par clic est toujours en rapport avec celui que la plateforme Google Ads est prêt à accepter. La concurrence ou plusieurs autres facteurs peuvent vous aider à identifier le montant idéal d’une enchère pour les groupes de publicités Display. Toutefois, il ne s’agit pas de leur unique objectif. En effet, ils peuvent vous permettre également de réduire votre enchère CPC maximal. De cette manière, ce n’est que les clics qui correspondent à votre budget que vous attirerez.